Home / Economie / Les causes de la croissance de la dette : élargissement de la demande de la dette intérieure

Les causes de la croissance de la dette : élargissement de la demande de la dette intérieure

Dans une tentative de déterminer les causes de la croissance de la dette intérieure,  J.A.HANSON[1] a effectué une étude dans ce sens sur 25 pays en voie de développement durant  la période 1990-2004.

Selon cette étude, la forte croissance de la dette intérieure reflète l’interaction entre les facteurs de l’offre et de demande.S’agissant de facteurs de l’offre, J.A.HANSON a mis l’accent principalement sur l’émission d’obligations associées à des crises financières des années 1990, la croissance de la de dette de la banque centrale et l’attractivité croissante de l’emprunt au niveau national. Tandis que le facteur de la demande, consiste essentiellement dans  l’accroissement de nouvelles sources  de la demande de la dette intérieure, tant sur le plan national (fonds de pension et d’investissement) et  tant sur le plan international.

D- L’élargissement de la demande de la dette intérieure (Les liens vers les autres causes en bas)

Dans une certaine mesure, la croissance de la dette publique se manifeste par un élargissement de la demande pour la dette publique au-delà des détenteurs traditionnels, à savoir les banques centrales et les banques commerciales.

Les actions de la dette des administrations centrales détenues par les banques commerciales, et en quelque sorte le pour cent du PIB, ont tendance à être plus élevés. Les banques étrangères dans certains  pays ont joué un rôle dans cette croissance. Une fois que le gouvernement s’est mis sur un système d’enchères, les banques étrangères ont été autorisées à participer directement à la vente aux enchères. Les banques étrangères en Inde par exemple, détiennent environ 20 pour cent de leurs actifs dans la dette publique (environ les mêmes que les banques domestiques privés, ce qui équivaut à environ 1 pour cent du PIB).Par ailleurs, le développement des marchés aux enchères pour obligations gouvernementales a souvent impliqué la participation des banques étrangères, dans certains cas, comme des négociants principaux[1], par exemple, au Pakistan et au Pérou.

Cette participation accrue des banques, s’explique par la prédominance par ces derniers du secteur financier dans les pays en voie de développement, l’utilisation des obligations de recapitalisation après les crises, et le nouveau rôle des banques en tant que négociants principaux de la dette du gouvernement.

Selon la Banque mondiale (2005), et dans de nombreux pays, la dette publique à l’extérieur de la banque centrale et les banques commerciales a augmenté plus rapidement que la dette dans les banques commerciales. Toutefois, il est difficile d’identifier ces nouveaux titulaires précisément, car dans de nombreux cas, les gouvernements ne tiennent pas de registres sur les titulaires dans le temps, et les changements juridiques ont parfois fait les détenteurs de la dette négociable anonymes. Une grande partie de l’augmentation de la dette reflète probablement la croissance des institutions financières non bancaires, car  les achats directs des individus de la dette publique ne sont pas faciles dans de nombreux pays.

Des exemples de développement institutionnel qui ont conduit l’élargissement

de la demande  de la dette intérieure, notamment la croissance des cotisations définies, entièrement financé par les systèmes de pension, et la croissance des fonds d’investissement dans de nombreux pays. Ces fonds détiennent la dette publique, et elles sont souvent détenues par les banques et permettre aux entreprises et les particuliers d’investir dans la dette publique facilement. L’attraction de ces fonds, résiste essentiellement dans la possibilité d’offrir des rendements plus élevés que les banques, même que les certificats de dépôts bancaires, puisqu’ils n’ont pas de réserves obligatoires, sont souvent exonérées de l’impôt sur les opérations du secteur financier ou de l’intérêt, et ils peuvent assumer l’anonymat des investisseurs[2].

Lire aussi  Documentaire: les robots traders

Récemment, la demande des non-résidents pour la dette intérieure a augmenté. En effet, la présence de ces derniers sur les marchés émergents de la dette intérieure est basée sur les conditions favorables, et les mesures prises par ces pays pour l’attraction des investisseurs. On peut noter que  l’inflation a ralenti dans les marchés émergents et les banques centrales sont devenues plus indépendantes. En plus, les taux de change de certains pays émergents à économie de marché, montrent des signes d’appréciation et les réserves dans ces marchés ont augmenté.

Pour résumer la première section, la dette intérieure a augmenté en raison des crises financières, qui ont conduit à plus d’émission de la dette intérieure pour financer les gouvernements et pour recapitaliser les banques en faillite. La croissance de la dette de la banque centrale est parmi l’une des causes qui peut expliquer cette augmentation de la dette intérieure, pour rependre aux besoins de financement dans les PED suite aux problèmes de la dette extérieure, mais aussi par l’incapacité de ces pays à augmenter au moins à court terme les revenus publics. Son attractivité vient à la fois de la hausse du coût / moindre disponibilité de la dette extérieure et, probablement, des préoccupations croissantes au sujet de la volatilité des flux d’étrangers et de leur coût après les crises des années 1990. En   même temps, de nouvelles sources de demande ont été développées, à la fois auprès des institutions et de particuliers, nationaux et non-résidents.


[1] La montée des banques comme des négociants principaux ( primary dealers) tend à augmenter   la dette intérieure du gouvernement.  Bien sûr, les primary dealers peuvent acheter pour leur propre compte, ainsi que pour la revente. Souvent, beaucoup de ces banques sont des banques étrangères et des gros acheteurs sont les fonds de pension et les compagnies d’assurance.

[2] Par exemple, au  Brésil, les non-résidents détiennent environ 10 pour cent du stock de la dette intérieure du gouvernement. Au Mexique, les investisseurs étrangers ont eu lieu de 7% du stock total de dette des administrations publiques d’ici la fin de 2004, en hausse de 2% à la fin de 1999 . En Turquie, le gouvernement estime que les non-résidents ont  tenu environ 10 pour cent de la dette intérieure à la fin de 2005.

Les autres autres causes :

A- Les causes de la croissance de l’endettement interne : Les crises financières et la croissance de la dette intérieure

B- Les causes de l’augmentation de la dette : L’augmentation de la dette de banque centrale

C- causes de la croissance de la dette : L’accroissement de l’attractivité de l’émission de la dette intérieure

{jcomments on}

About Mohamed IDSALAH

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

29 − 20 =

FERMER
CLOSE