Home / Finance / Finance Internationale / Le risque dans les pays émergents

Le risque dans les pays émergents

Les événements en Tunisie et en Egypte n’ont pas manqué d’affecter les marchés financiers émergents. En effet, l’indice boursier émergent « MSCI-EM » en dollar, a clôturé le mois de janvier sur un repli de 2,7%. Des investisseurs sont sortis des marchés de la zone MENA par crainte de répercussions de ces événements sur les autres pays de la zone.

De leur côté, les agences de notation ont révisé leur évaluation du risque souverain de certains pays de la région. Ainsi, l’agence de notation Moody’s a annoncé, le 19 janvier, qu’elle avait abaissé d’un cran la note de la Tunisie en raison des incertitudes économiques et politiques qui pèsent sur le pays, la dégradant de « Baa2 » à « Baa3 ». L’agence juge que le récent changement du régime, résultant de la crise politique pourrait induire l’instabilité du pays. L’agence relève aussi que le prolongement de la crise serait potentiellement nuisible à l’économie du pays, étant donné sa dépendance du secteur du tourisme et des investissements étrangers.

D’autre part, l’agence de notation Moody’s a annoncé, le 31 janvier 2011, qu’elle a abaissé la note de l’Egypte d’un cran à « Ba2 » et pourrait l’abaisser encore à moyen terme, puisque la perspective d’évolution de cette note est désormais jugée négative, au regard de l’augmentation récente et significative du risque politique. Aussi, l’agence craint une dégradation des finances publiques du pays déjà affaibli, en réponse aux revendications sociales. En effet, la moitié du budget est consacrée à des dépenses incompressibles, dont la subvention des prix des produits l’alimentaires et ceux du carburant, ainsi que la charge des remboursements de la dette publique qui s’élève à plus de 70% du PIB.

Lire aussi  La théorie de Maradona

Par ailleurs, l’Agence de notation Standard & Poor’s a dégradé, le 8 février 2011, la note souveraine long terme et court terme de la Jordanie en monnaie locale de respectivement « B » à « BB+ » et de « A-3 » à « BBB, compte tenu des turbulences actuelles qui peuvent affecter les perspectives de croissance à moyen terme et impacter les finances publiques du pays.

S’agissant du Maroc, l’agence de notation Fitch Ratings a confirmé, début février 2011, la note souveraine du pays en maintenant la note (BBB-) pour la dette en devises et la note (BBB) en monnaie locale du Royaume, avec une perspective stable. L’agence a affirmé que le Maroc continue de bénéficier de fondamentaux solides en comparaison avec les autres pays de la région. Aussi, l’Agence a mis en exergue la stabilité sociale et politique du pays ainsi que les efforts accomplis en matière de réduction de la pauvreté et de lutte contre le chômage.

source : Ministère des Finance marocain

About IKOUNSASS Ab.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

− 8 = 1

FERMER
CLOSE