Home / Finance / Finance Internationale / Petit lexique à l’usage de ceux qui ne comprennent rien à la BCE

Petit lexique à l’usage de ceux qui ne comprennent rien à la BCE

Collatéraux, conditionnalité, contreparties, obligations… Tout comprendre sur l’intervention de la BCE.

COLLATÉRAUX : titres et créances qui servent de garanties en échange des prêts accordés par la BCE aux banques de la zone euro.

CONDITIONNALITÉ : condition stricte à laquelle doivent se soumettre les États qui souhaitent bénéficier du nouveau programme de rachat de dette de la BCE, à savoir avoir demandé auparavant l’aide des fonds de secours européens, le FESF (provisoire) et le MES, son futur successeur. Leur aide s’accompagne d’une exigence d’efforts accrus d’assainissement des finances

CONTREPARTIES : institutions financières présentant les critères exigés par la BCE pour venir emprunter à son guichet.

MARCHÉ SECONDAIRE : marché sur lequel s’échangent des titres de dette (obligations) déjà émis, contrairement au marché primaire, qui est celui des titres lors de leur émission. L’intervention de la BCE concerne exclusivement le marché secondaire, l’achat d’obligations sur le marché primaire étant assimilé à du financement des États, ce que lui interdisent ses statuts.

OBLIGATION : créance ou fraction de la dette d’un pays, d’une entreprise ou d’un organisme public. L’obligation s’échange comme une action sur un marché dit marché obligataire et produit des intérêts dont le taux est appelé « coupon ».

banque centrale européenne

SPREAD ou PRIME DE RISQUE : écart entre le taux d’une obligation et celle qui sert de référence sur le marché, soit le Bund allemand à 10 ans en ce qui concerne la dette d’un État. Cet écart est très surveillé par les analystes, car il évalue la surprime que doit payer un pays pour emprunter sur les marchés.

SÉNIORITÉ : rang de remboursement de la dette (les obligations) en cas de faillite de l’émetteur. Auparavant, les obligations détenues par la BCE étaient considérées comme « seniors » : elles devaient être remboursées en priorité par rapport aux créanciers privés, ce qui les décourageait d’acheter des actifs risqués. Ce ne sera plus le cas avec son nouveau programme de rachat de titres, l’OMT.

STÉRILISATION : pour limiter la quantité de monnaie en circulation et ne pas générer d’inflation lorsqu’elle rachète des titres de dette publique, la BCE retire de la monnaie de la circulation en acceptant des dépôts bancaires. Elle le faisait pour le programme SMP et le fera également pour le nouveau programme OMT.

TAUX DIRECTEUR : le principal taux directeur de la BCE est l’outil central dont elle dispose pour influer sur l’octroi de crédits et contrôler l’évolution des prix en zone euro. Il s’agit du taux auquel les banques de la zone euro viennent se refinancer auprès d’elle.

AFP

{jcomments on}

Lire aussi  Inforgraphie : Comment a évolué le taux d'intérêt directeur au Maroc ?

About IKOUNSASS Ab.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

14 − 5 =

FERMER
CLOSE