Home / Finance / Comprendre les réserves de change

Comprendre les réserves de change

Le pays dont la monnaie nationale ne possède pas un pouvoir d’achat en dehors de son territoire national, doit constituer des moyens de paiements reconnus par les autres pays en vue d’honorer ses achats et acquisitions sur les marché internationaux.

La perte du pouvoir d’achat de la monnaie en dehors du territoire national s’explique par le fait que personne ne pourrait l’accepter en paiement d’une transaction déterminée en dehors de ce territoire. Donc le fait qu’une monnaie ait un pouvoir à l’extérieur dépend de la volonté des agents économiques de la recevoir ou de l’accepter en tant que moyen de paiement. Cette volonté, elle aussi, est véhiculée par d’autres variables (lire cet article).

Lire aussi  Qui détermine la valeur d'une monnaie ?

Tant que le pays ne pourrait pas utiliser sa monnaie en dehors du territoire national pour acheter ce dont il a besoin et honorer ses dettes vis à vis de ses créanciers, il doit obligatoirement trouver un autre issu. Cet issu sont les réserves de change ou les avoirs de réserves.

Notons que ce sujet contient des termes techniques, vous pouvez vous servir de la sixième édition du Manuel de la balance des paiements et de la position extérieure globale (MBP6) dont vous trouverez le lien de téléchargement en bas de l’article.

La 6ème édition du Manuel de la balance des paiements et de la position extérieure globale, MBP6, définit les avoirs de réserves comme suite :

Les avoirs de réserve sont les actifs extérieurs que les autorités monétaires contrôlent directement et dont elles peuvent disposer immédiatement pour répondre à des besoins de financement de la balance des paiements, pour intervenir sur les marchés des changes afin d’influer sur le taux de change, ainsi que pour d’autres besoins connexes (par exemple maintenir la confiance dans la monnaie et dans l’économie et permettre d’emprunter à l’étranger.

Là on doit s’arrêter pour expliquer certains concepts et éclairer certaines idées :

1 – Disponibilité et contrôle

Les avoirs de réserve doivent être des actifs en devises et des actifs existant effectivement, les actifs potentiels sont exclus. Elles doivent être aussi sous le contrôle des autorités monétaires.

Qui est ce on entend par les autorités monétaires ?

Les autorités monétaires englobent la banque centrale et certaines fonctions habituellement attribuées à la banque centrale, mais parfois assurées par d’autres institutions publiques ou par des banques commerciales, telles que des banques commerciales à capital d’État.

On comprend par là que les avoirs de réserves doivent être sous les mais de l’Etat (banque centrale ou banque commerciale mais dont le capital est détenu par l’Etat) et non pas sous le contrôle d’une autre institutions privée.

Contrôle :

En général, seules les créances extérieures effectivement possédées par les autorités monétaires peuvent être classées comme avoirs de réserve.

Les réserves détenues par les banques commerciales seront comptabilisées comme des avoirs de réserves si l’utilisation de ces réserves est conditionnée par des ordres prescrites par les autorités monétaires ou avec leur approbation expresse.

Disponibilité à l’emploi :

Les avoirs de réserve doivent être immédiatement disponibles de la manière la plus inconditionnelle. Ils sont liquides en ceci que les avoirs peuvent être achetés, vendus et liquidés en échange de devises (en espèces) à un coût et dans des délais minimaux, et sans affecter indûment la valeur des actifs.

Quels sont ces avoirs de réserves ?

Les avoirs de réserves sont composés des éléments suivants :

  • l’or monétaire,
  • les avoirs en DTS,
  • la position de réserve au FMI,
  • le numéraire et les dépôts,
  • les titres (notamment les titres de créance et les actions),
  • les dérivés financiers,
  • les autres créances (crédits et autres instruments financiers).
Les avoirs de résèrves

Les composantes des avoirs de réserves

L’or monétaire

L’or monétaire est de l’or dont les autorités monétaires (ou d’autres instances soumises au contrôle effectif des autorités monétaires) sont propriétaires en titre et qui est détenu à titre d’avoir de réserve. Il comprend l’or physique (sous forme de pièces, lingots et barres d’or titrant au moins 995 millièmes d’or pur et l’or détenu sur des comptes or alloués, quelle que soit la juridiction où le compte est domicilié) et les comptes or non alloués maintenus chez des non-résidents et qui donnent droit à exiger la livraison de l’or.

les comptes or non alloués représentent une créance sur le teneur du compte qui doit livrer de l’or. L’entité qui gère ces comptes détient une réserve matérielle d’or (alloué) et émet auprès des détenteurs de comptes des créances libellées en or.

Les Droits de Tirage Spéciaux

Les DTS sont des avoirs de réserve créés par le FMI qui sont à presque tous les égards équivalents aux soldes liquides en monnaies convertibles.

La position de réserve au FMI est la somme de :

  1. la «tranche de réserve», qui est le montant de devises (y compris les DTS) qu’un pays membre peut tirer sur le FMI à bref délai ;
  2. toute dette du FMI (dans le cadre d’un accord de prêt) au compte des ressources générales qui est immédiatement disponible pour le pays membre, notamment les prêts du pays déclarant au FMI dans le cadre des Accords généraux d’emprunt (AGE) et des Nouveaux accords d’emprunt (NAE).

Les dépôts inclus dans les avoirs de réserve sont ceux qui sont détenus dans des banques centrales étrangères, à la Banque des règlements internationaux (BRI) et dans d’autres institutions de dépôts non résidentes, et les accords de dépôt avec les comptes de fiducie du FMI qui sont immédiatement mobilisables afin de faire face à un besoin de financement de la balance des paiements.

Les titres comprennent les actions et les titres de créance liquides et négociables émis par des non-résidents; les titres de longue durée, comme les obligations à 30 ans du Trésor des États-Unis, sont inclus. Les titres non cotés (c’est-à-dire les instruments non inscrits à la cote en vue de l’échange public) sont en principe exclus sauf si ces titres sont liquides.

Les dérivés financiers ne sont enregistrés dans les avoirs de réserve que si les dérivés servent à la gestion des avoirs de réserve, font partie intégrante de la valeur desdits avoirs et sont placés sous le contrôle effectif des autorités monétaires. Comme elles concernent la gestion d’actifs, ces transactions et positions sont enregistrées sur une base nette (actifs moins passifs) à leur valeur de marché.

Les autres créances comprennent les prêts aux sociétés non résidentes autres que les institutions
de dépôts, les prêts de longue durée aux comptes de fiducie du FMI qui sont immédiatement remboursables afin de faire face à un besoin de financement de la balance des paiements, prêts qui découlent d’une prise en pension — sauf s’ils sont classés dans les dépôts — , et les autres actifs financiers non inclus précédemment, mais qui sont des actifs en devises disponibles immédiatement à l’emploi (tels que les parts/unités de fonds de placement non négociables comme décrit au paragraphe ).

Source :

Manuel de la balance des paiements et de la position extérieure globale Sixième édition (MBP6)

 

 

About IKOUNSASS Ab.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

7 + 2 =

FERMER
CLOSE